Lors des tentatives de changement dans la gestion des Entreprises, on a trop souvent sous-évalué la résistance humaine et attaché parfois trop d’importance aux structures organisationnelles.

Trois approches :

– L’homme acteur économique et social
– L’empowerment ou la gestion appropriative
– La gestion des compétences

 L’homme acteur économique et social
(cfr M. Crozier, l’Entreprise à l’écoute, 1991)

Ces quelques lignes résument l’un ou l’autre chapitre de l’ouvrage de M. Crozier, mais ne peuvent reprendre la pensée globale de l’auteur.

Nécessité d’une nouvelle approche

Lors des tentatives de changement dans la gestion des Entreprises, on a trop souvent sous-évalué la résistance humaine et attaché parfois trop d’importance aux structures organisationnelles. Une première analyse des obstacles s’avère indispensable.

Conditions de réussite

Implication totale et prioritaire des dirigeants dans la nouvelle philosophie du management participatif.

  • Cohérence du discours et de l’action du Dirigeant.
  • Ne pas mobiliser les Personnels de l’E (=Entreprise) pour des idéaux supérieurs à celle-ci mais pour se réaliser dans le travail et par le succès de celui-ci.
  • Philosophie de la confiance. Par exemple, en cas d’erreur, on recherche la solution et non le coupable. Les Dirigeants doivent avoir une attitude exemplaire.

Des principes de délégation, décentralisation, participation peu formalisés.

  • Ces modes de gestion ne sont pas utilisés pour eux-mêmes, mais comme outils, moyens de solutions aux problèmes rencontrés dans l’E. Chacun des Membres participe à une action valorisante: la solution d’une difficulté, la résolution d’un problème…
  • Avoir une démarche pragmatique et persévérante.
  • Mettre en place une réelle délégation de pouvoirs. Faire en sorte que le Personnel puisse revendiquer et prendre effectivement ses responsabilités. (Attention – une responsabilité s’assume mais ne se délègue pas – je reste responsable de la tâche qui m’a été confiée même si je la délègue à quelqu’un d’autre).
  • Mobilité interne : veiller à une bonne connaissance de l’E. et une participation active aux groupes mis en place tels que « Recherche de solutions aux problèmes ».
  • Importance de la communication horizontale. Celle-ci doit être assurée comme un flux vivant, un courant de circulation de l’information.

LEAVE A REPLY