Comptabilité générale et analytique

  • Comptabilité générale: enregistrement des résultats de l’exploitation pour l’ensemble de l’organisation (recettes et dépenses). Présentation des comptes par nature (type) de produit et de coût.
    Principal objectif : clarté des mouvements financiers, réponse aux obligations légales
    (cfr plan comptable ), information sur le résultat général de l’activité en terme financier : fonction passive, établie après exercice.
  • Comptabilité analytique: enregistrement des résultats de l’exploitation par secteur d’activités (centre de frais ou centre de responsabilités). Présentation des comptes par destination (secteur).
    Elle se définit comme un instrument d’analyse des coûts des différentes fonctions de l’entreprise. Elle a pour principal objectif d’éclater les résultats de la comptabilité générale par secteur, pour le passé et le présent.
  • Bilan: image de la valeur (patrimoniale) de l’organisation à un moment donné.
    Actif : utilisation des ressources (immobilisés, actifs circulants, clients, banque…).
    Passif : ressources pour l’activité (fonds propres, emprunts…).
    I Les comptes de bilan se prolongent d’année en année jusqu’à la clôture de l’activité.
  • Compte de pertes et profits: résultats financiers des différentes activités de la période considérée : débit : dépenses – crédit : recettes.
    Appelé aussi « compte de résultat » ou « compte de l’exploitation ».
    I Le compte de résultat est remis à zéro tous les ans.
  • Amortissement: constitution d’une réserve financière destinée à remplacer les bâtiments,
    le matériel, au terme prévu de son utilisation.
  • Centre de responsabilités: unité de travail d’une organisation (secteur, département, service…) que l’on veut distinguer sur le plan financier et organisationnel.

f      Budget

Ensemble de prévisions financières exprimées en terme quantitatif conçu pour la gestion d’un centre de responsabilité pour une période déterminée dans le futur.

La gestion budgétaire s’appuie sur des prévisions, fonction des conditions intérieures et extérieures à l’entreprise. A partir de ces prévisions, les responsables de l’entreprise reçoivent, après accord, des attributions – programme et moyens – pour une durée limitée – en valeur
(et en quantité, si possible). Un rapprochement a lieu généralement entre ces budgets et les réalisations afin de mettre en relief les différences qui en découlent. L’explication et l’exploitation de ces écarts constituent le contrôle.

 

Cette définition nous indique déjà trois choses essentielles :

  1. les prévisions sont fonction des conditions intérieures et extérieures à l’entreprise,
  2. la méthode budgétaire est quantifiée,
  3. la méthode budgétaire s’applique à l’ensemble de l’entreprise.

LEAVE A REPLY